Spécificité, outils, recherche et formation et information

La spécificité de l’enseignement aux enfants handicapés moteurs.

Le handicap moteur est multiforme. Il peut être lié à la puissance physique, à l’incapacité d’utiliser certains membres, à la difficulté de coordonner les mouvements, à des difficultés de préhension ou à des lenteurs d’exécution. Il est inné acquis, stabilisé ou évolutif. Il est souvent associé à d’autres difficultés sensorielles telles que les problèmes de vision, d’audition, d’articulation et de communication orale. Cette multitude de paramètres fait que chaque enfant est un cas unique pour lequel il faut trouver des solutions spécifiques. Pour une majorité d’élèves, l’outil informatique est la solution incontournable pour accéder aux apprentissages et à une relative autonomie. Chaque enfant a un poste de travail qui lui est défini individuellement. Le matériel mis à sa disposition est choisi par les enseignants en coordination avec les ergothérapeutes en fonction des capacités de l’enfant et des objectifs pédagogiques retenus. Le but est de sortir les enfants d’une situation d’assisté pour les placer dans celle d’acteurs de leur autonomie.

Le développement d’outils technologiques et pédagogiques

Il est essentiel pour la réussite des projets individualisés. Les enseignants de l’école se tiennent à jour de tous les matériels et innovations en matière informatique. Ils les testent de façon à pouvoir éventuellement les utiliser par la suite. Une compétence particulière a été développée au niveau des interfaces d’accès : souris, clavier adapté, track-ball, manette de jeu, contacteurs simples et multiples, clavier programmable, pavé à effleurement, écran tactile, palette graphique, aussi bien sur plate-forme Macintosh que PC. Ils élaborent des outils pédagogiques de façon à permettre la transposition sur ordinateur d’activités scolaires. L’adaptation et la saisie des documents de travail qu’utiliseront les enfants représentent une part considérable du travail à effectuer en amont pour qu’une fois en classe l’enfant, devant un écran qui n’est pas vide, puisse réellement se réaliser.

Un travail de réflexion et de recherche

Pour évaluer la pertinence des actions et ouvrir de nouvelles pistes :

  • Guide de travail pour l’apprentissage et la pratique de la lecture avec des enfants non oralisants.
  • Les pictogrammes et la syntaxe.
  • Les tableaux de communication.
  • Le développement d’autres moyens de communication que l’oral, l’écrit ou le geste quand ceux-ci sont défaillants.
  • Handicap et citoyenneté.

Une démarche de formation et d’information.

Pour coordonner les actions et les rendre plus efficaces.

  • Auprès de publics ciblés pour les troubles du langage et des apprentissages.
  • Auprès des professionnels de santé.
  • Auprès des professionnels de l’Éducation nationale.